III Expansion (1971-1973)

Case des Sœurs de l'EJNB à Makénéné

Case des Sœurs à Makénéné (1970, archives des Sœurs de l'EJNB, fonds Sœur Marguerite-Marie Carsana-Chiaradia)

Dispensaire de Makénéné

Dispensaire de Makénéné (1969, archives des Sœurs de l'EJNB, fonds Sœur Marguerite-Marie Carsana-Chiaradia)

Dès 1971, la mission du Cameroun prend de l’ampleur. La congrégation est autorisée à ouvrir une deuxième communauté à Makénéné, au nord-est du pays. Si cette ville fait initialement partie du périmètre de la mission de Somo, Makénéné se distingue en étant habitée par la tribu Bamiléké, et non par la tribu Banen, comme dans le reste de la région. Cette différence culturelle conduit les Sœurs à envisager la création d’une communauté autonome dès 1969.              

Trois religieuses s’installent à Makénéné. Comme à Somo, elles répondent aux besoins spécifiques en matière d’éducation, de santé et d’évangélisation. Un centre de formation pour jeunes filles est ouvert, une Sœur se voit confier la responsabilité du dispensaire de la ville, une aide pédagogique est apportée aux maîtres des écoles d’Etat, et des cours de catéchèse sont dispensés. Les religieuses sont soutenues par des laïcs européens, qui apportent leur aide par le biais d’associations. Ils participent au fonctionnement du centre de formation et du dispensaire.