Mère Sainte Marguerite-Marie DELBECQ (1861-1937)

Informations biographiques

17_sainte_marguerite-marie_delbecq-001_BD.jpg
  • Titre : Mère Sainte Marguerite-Marie DELBECQ (1861-1937)
    • Description :

      Eugénie-Marie Delbecq naquit à Lille le 23 octobre 1861. Après avoir suivi pendant quelques années les cours de l’externat dirigé par les Sœurs, rue de la Barre, elle vint à La Madeleine pour y achever ses études. C’est là qu’elle entendit l’appel. Le 8 octobre 1883, elle entrait au Noviciat, prenait l’habit le 15 avril 1884, faisait profession le 29 septembre 1885 et les vœux perpétuels le 20 septembre 1891.

      Envoyée d’abord à La Madeleine, elle y resta 12 ans. En 1897, elle reçut la responsabilité de la Maison de Liesse. Avant la réforme que proposera le Pape Pie X, elle apportait un zèle particulier à préparer les enfants à leur première communion. Envoyée à Montluçon en avril 1901, elle n’y resta que quelques mois, car en octobre, elle fut nommée Maîtresse des Novices, charge qu’elle exerça jusqu’en 1906.

      Les lois de 1901-1904 contre les congrégations, en France, occasionnèrent un long et laborieux procès. Chargée de défendre l’Institut au milieu d’un dédale de décrets, elle étonna les hommes de loi par sa compréhension des affaires et la largeur de ses vues. Que de voyages et de soucis au moment des inventaires de nos Maisons et de leur fermeture !!! Devenue Conseillère puis Assistante en 1907, Mère Sainte Marguerite-Marie fit face à tout, soutenue par son amour pour l’Institut et un optimisme que rien ne déconcertait parce qu’il avait sa source dans une immense foi en l’efficacité de la prière. Le 13 septembre 1913, elle fut élue 17e Supérieure Générale de l’Institut. Elle le resta 24 ans.

      Presque tout de suite ce fut la guerre puis l’Après-Guerre où il faut relever les ruines, faire refleurir les œuvres anéanties dans les régions dévastées. Deux fois, au cours de son Généralat, elle eut la joie de visiter les Missions. En 1921, elle parcourut le Japon et la Malaisie, donnant une nouvelle impulsion aux œuvres déjà si florissantes. Le tremblement de terre de 1923 à Yokohama, fut une épreuve durement ressentie et courageusement elle repartit visiter les Sœurs éprouvées.

      Déjà bien affaiblie par la maladie, elle réussit cependant à aller jusqu’au bout de son mandat, à ouvrir le Chapitre de septembre 1937 qui allait élire Sœur Sainte Berthe Bourgouing et se retira pour quelques semaines de douloureuses souffrances dont elle fut délivrée le 15 novembre.

Citer ce document

“Mère Sainte Marguerite-Marie DELBECQ (1861-1937),” Archives des Sœurs de l'Enfant Jésus-Nicolas Barré, consulté le 14 décembre 2019, http://archives-ejnb.org/items/show/56.

Formats de sortie