Zoom sur un document - Lille occupée : la vie d’une communauté de 1914 à 1918

« La guerre et les horreurs continuent : la vie est sans cesse menacée : durant le jour, les obus allemands, dirigés contre nos aéroplanes, font parfois des victimes ; pendant la nuit, des bombes, lancées par nos avions, troublent le sommeil… Dans notre établissement, les Allemands s’installent chaque jour un peu plus et un peu mieux : tous les corps de métier y trouvent leur emploi : cloisons à abattre ou à édifier, nouvelles salles à construire pour bains et douches, pelouses à retourner pour livrer passage au tramway, etc… » (lettre de Sœurs de la communauté de Lille, [1916], 1 M 23-3).

Vivre l’occupation

Lille est particulièrement touchée par la Première Guerre mondiale. En plus des pertes matérielles comme humaines, et des nombreuses restrictions, la ville est occupée par les troupes allemandes. Ses habitants sont contraints de vivre à l’heure de Berlin.

            Déclarée « ville ouverte », elle est peu défendue au début du conflit mondial. Lille est assiégée par les Allemands du 3 au 7 octobre 1914. S’en suit l’occupation ennemie à partir du 13 octobre.

            Une communauté des Sœurs de l’EJNB est alors présente à Lille, rue Jean Levasseur, où elle possède l’école Blanche de Castille (aujourd’hui Thérèse d’Avila) depuis 1904. Les religieuses, victimes des restrictions et dégâts comme les autres habitants, transcrivent des éléments de leur quotidien dans une lettre, probablement adressée à la supérieure générale de la congrégation. Accompagné d’une chronologie, ce document témoigne des difficultés rencontrées chaque jour par la population lilloise.

« Une des grandes souffrances du moment présent, c’est la privation de nouvelles des chers éloignés ; les communications sont très difficiles même avec les environs de Lille pour lesquels des laisser-passer sont nécessaires et souvent refusés… L’alimentation cause également de nombreux soucis »  (lettre de Sœurs de la communauté de Lille, [1916], 1 M 23-3).

chronologie_occupation_1M23-3_v3

Chronologie de certains événements vécus par la communauté de Lille pendant l'occupation ([1918], 1 M 23-3)

L’Église est une des victimes de cette occupation. Les locaux des Sœurs sont en partie occupés par les Allemands et leur femme de chambre enlevée. Monseigneur Charost, évêque de Lille, appelle à la résistance de tous les habitants du diocèse et permet la poursuivre les activités religieuses.

« Malgré cette situation pénible, la vie religieuse prend en ville un essor magnifique. […] Dans les églises de magnifiques cérémonies eurent lieu » (lettre de Sœurs de la communauté de Lille, [1916], 1 M 23-3).


mgr_charost_1eGM_82_v3

Monseigneur Charost, premier évêque de Lille (plaque de verre, [1914-1918], n°86)

Continuer à enseigner

Les religieuses reçoivent l’ordre de leur supérieure générale de se rendre dans la France libre à la fin de 1917. Seules 6 d’entre elles restent à Lille. Celles-ci poursuivent leurs activités d’enseignement, stoppées plusieurs fois depuis 1914.

« Les jours se succédèrent ainsi jusqu’à la fin de l’année, sans que nous puissions rouvrir nos classes. Cependant, il fut décidé que dès la 1ère semaine de janvier, des cours seraient installés dans les parloirs, seule partie de la maison qui put être affectée à cet emploi… Nous étions pleines de joie à la pensée de revoir nos enfants, lorsqu’une nouvelle alerte vint nous faire craindre la ruine de ce projet… » (lettre de Sœurs de la communauté de Lille, [1916], 1 M 23-3).

Le 25 avril 1918, les Sœurs sont expulsées de leur bâtiment rue Jean Levasseur. Elles trouvent refuge dans un local exigu rue de Turenne, dans lequel elles enseignent à un peu plus de 15 élèves.

Lille est libérée le 17 octobre 1918. Les Sœurs ayant quitté la ville reviennent pour rétablir leur œuvre durement touchée par l’occupation. L’école Blanche de Castille est installée en 1919 au Carmel de Lille, où les activités des dames de Saint-Maur peuvent reprendre leur cours.

blanche-de-castille_rue-levasseur_1M23-3_v3

Cour d'honneur de l'école Blanche de Castille, rue Jean Levasseur (photographie extraite du journal
d'anciennes élèves
Echos-Souvenirs, s.d., 1 M 23-3)


Un document : une lettre des Soeurs de la communauté de Lille ([1916], 1 M 23-3)

Transcription commentée ci-dessous :

Bibliographie

« Lille en 1914 : des premières heures de la guerre au début de l’occupation », Archives municipales de Lille, [en ligne], disponible sur http://archives.lille.fr/exhibit/17 (consulté le 21 août 2018).

« Lille pendant la guerre. Lille à l’heure allemande », Ville de Lille, [en ligne], disponible sur http://www.lille.fr/Commemorations-14-18/Lille-et-la-Grande-Guerre/Lille-pendant-la-guerre (consulté le 21 août 2018).

CNUDDE-LECOINTRE (Carine), « Monseigneur Charost, évêque de Lille durant la Grande Guerre », Revue du Nord, t. 80, n°325, avril-juin 1998, p. 355-366.