Sœur Marguerite YAMAGAMI (1863-1939)

Informations biographiques

marguerite_yamagami_4M1-5_vFIGURE.jpg
  • Titre : Sœur Marguerite YAMAGAMI (1863-1939)
    • Description :

      Nous sommes le 12 avril 1939. Sœur Marguerite - ou pour l’appeler par son nom japonais, Kaku Yamagami - monte lentement la colline du « Bluff » à Yokohama. Petite silhouette, voûtée maintenant par l’âge, elle suit le sentier qu’elle prend
      chaque soir depuis cinquante ans. Tous les matins, pendant un demi-siècle, elle est partie, dans la chaleur d’un soleil d’été brûlant ou bravant l’hiver japonais, pour aller faire ses tournées de miséricorde, remplir ses journées d’enseignement, de consolation et d’encouragement au bénéfice des personnes qu’elle visite. Elle monte la colline pour la dernière fois aujourd’hui. Elle semble le savoir car elle est allée se coucher comme pour se préparer à sa mort.

      Yamagamisan est née le 19 novembre 1863, à Hachioji, Tokyo. A l’âge de quinze ans, elle a été baptisée avec toute sa famille et elle a rejoint les Sœurs de l’Enfant Jésus à dix-huit ans. Elle a fait profession le 19 mars 1891 et a fidèlement vécu sa vie religieuse telle qu’elle l’était en ce temps-là, se levant tôt pour nettoyer la chapelle, participer à l’Eucharistie, dire son chapelet et faire le chemin de croix, accomplissant ses tâches dans la communauté.

      Puis, un jour, elle sortit pour voir ce qu’elle pouvait faire pour les malades, les gens dans la souffrance ou le besoin, quel qu’il soit. Souvent, elle passait toute la journée avec ces personnes, revenant tard la nuit à la maison. Elle visitait l’hôpital, passait du temps avec les couples en difficulté, catéchisait et baptisait. Elle travailla aussi dans une clinique qui distribuait des médicaments chinois aux personnes démunies. Là, elle avait la réputation d’être un vrai docteur ! Elle donnait aux pauvres, aux malades, tout ce dont ils avaient besoin, écoutant patiemment ce qu’ils avaient à dire, offrant un conseil quand cela était nécessaire.
      Yamagamisan en vint à être connue comme « Le Dieu de la Montagne », « La Mère des pauvres et des orphelins », tant elle était aimée et vénérée par tout le monde à la ronde.

       Pendant des années elle œuvra côte à côte avec Mère Sainte Mathilde Raclot, cette autre femme infatigable. Cette dernière avait bâti un orphelinat appelé « Jinji Dou ». En 1880 l’école Sumire ouvrit ses portes aux enfants de familles démunies. Yamagamisan travailla à l’orphelinat et à l’école à la fois. Elle prit soin de plus de 3000 enfants en tout et garda le contact avec eux, écrivant leurs noms dans son fameux « registre des familles ». Chaque fois qu’elle sortait, elle prenait avec elle le carnet de notes dans lequel elle avait consigné les noms de ceux qu’elle avait baptisés, le tenant soigneusement à jour : ils étaient 5678 au total. Si jamais l’un de ses enfants était en difficulté, il savait qu’il pouvait aller à la maison pour voir Yaniagamisan, sûr d’être accueilli.

      Toujours simple et effacée, en avril 1939, elle reçut avec dignité, une reconnaissance publique de la ville de Yokohama pour son service des défavorisés. Comme elle ne pouvait pas assister à la cérémonie, une Sœur plus jeune la représenta et reçut la récompense à sa place, trois coupes en argent. Quand la récompense lui fut apportée, au lit, son commentaire fut typique:

      « Si j’avais pu assister à la cérémonie, j’aurais dit à ces messieurs que tout ce que j’ai pu jamais faire l’a été pour Jésus Christ. »


      Quelques semaines plus tard, elle mourut paisiblement, le 31 mai 1939. Elle avait 76 ans. À ses funérailles, Mgr Chambon, archevêque de Yokohama, exprima ce souhait :

      « Si seulement nous pouvions comprendre que la source de l’amour merveilleux de
       Sœur Marguerite était sa foi profonde et son désir que tous et toutes puissent partager son bonheur d’avoir trouvé Dieu ! »
      • Référence bibliographique : SŒURS DE L'EJNB, Du cœur même de Dieu, Sœurs de l'Enfant Jésus hier et aujourd'hui, Crawley, Sœurs de l'EJNB, 2007.

Citer ce document

“Sœur Marguerite YAMAGAMI (1863-1939),” Archives des Sœurs de l'Enfant Jésus-Nicolas Barré, consulté le 14 décembre 2019, http://archives-ejnb.org/items/show/3472.

Formats de sortie