Zoom sur un document - À la recherche de vocations en Irlande pour la mission de Malaisie (1908-1914)


Après avoir tenté de trouver des vocations anglophones en Angleterre, les Sœurs de l’Enfant Jésus – Nicolas Barré (EJNB) partent pour l’Irlande en 1908. La fondation de Weybridge, en Angleterre, n’a finalement pas permis de trouver autant de religieuses qu’espéré. Pourtant, le besoin de Sœurs maîtrisant l’anglais est grandissant dans les communautés d’Asie, et plus particulièrement en Malaisie. Des cartes postales, en noir et blanc ou colorisées, sont publiées par la congrégation en 1910. Elles sont probablement le témoignage du désir de faire connaître l’Institut en Irlande après son installation. Actuellement, elles permettent de découvrir le lieu de vie et les activités des religieuses d’Irlande.

Présente en Asie depuis 1852, la congrégation compte déjà des Sœurs irlandaises en son sein en 1908. Elles sont 44 en 1892. Dès 1903, Mère Sainte Anatolie Lannoy, visitatrice des Missions, prend conscience du besoin de vocations anglophones lors d’un voyage en Malaisie. Elle propose qu’une communauté ouvre ses portes en Irlande. Ce projet se concrétise en 1908. Un voyage à Dublin, Limerick et Cork, dans l’espoir de trouver des postulantes, est d’abord réalisé, mais aucune jeune Irlandaise ne rejoint l’Institut. Il apparaît nécessaire de s’implanter durablement dans le pays. Les religieuses sont encouragées dans leur entreprise par le Père Charles Nain (1870-1916), membre des Missions étrangères de Paris. Il cherche un lieu où la congrégation pourrait s’installer, et reçoit l’aide de la famille Duggan, dont font partie deux Sœurs de l’EJNB.

En juillet 1908, Mère Sainte Marguerite-Marie Delbecq, assistante générale de l’Institut, arrive en Irlande. Elle est accompagnée de Sœur Saint Anthony Coleman, membre de la communauté de Weybridge, qui sert de traductrice. Deux lieux pourraient accueillir le nouvel établissement des religieuses. Il s’agit de Chaffpool, dans le comté de Sligo, au nord-ouest du pays, et le château de Drishane, dans la ville de Millstreet (comté de Cork), au sud-ouest de l’Irlande. Chaffpool se révèle trop éloigné des villes, tandis que Drishane est proche de Cork et Killarney.

Le château de Drishane est acquis en novembre 1908, alors que l’évêque de Kerry n’a pas encore autorisé la fondation d’une communauté et d’un noviciat. Selon lui, il y a suffisamment de congrégations implantées dans le diocèse, dont une qui se charge de l’éducation des filles. Il donne son autorisation en mars 1909, uniquement à condition que les Sœurs se consacrent à établir des œuvres sociales qui apporteraient un revenu aux habitants. L’Irlande connaît en effet, à cette époque, un important chômage, entraînant l’émigration de la population vers l’Angleterre et les États-Unis. La communauté ouvre officiellement ses portes le 8 septembre 1909, avec Sœur Sainte Claire Bringeon comme supérieure. Celle-ci a été à la tête de la communauté de Weybridge pendant trois ans.

1J12-098_BRINGEONclaire_v3
Soeur Sainte Claire Bringeon (archives des Soeurs de l'EJNB)

La restauration et l’aménagement du château sont rapidement entrepris après son achat. Cet édifice du XVIe siècle comporte une tour du XIe siècle. Le bâtiment et ses dépendances sont représentés sur plusieurs cartes postales, parfois regroupées sous forme d’album. D’autres cartes permettent de découvrir les activités de la congrégation. Celles-ci sont éditées en plusieurs exemplaires. Aucune source ne permet de dire si elles sont destinées à montrer le nouvel établissement aux religieuses des autres pays, ou bien à promouvoir les actions de l’Institut en Irlande, notamment auprès de potentielles postulantes.

Afin de satisfaire la demande de l’évêque de Kerry, les religieuses acquièrent une ferme, une scierie et une carrière de chaux, permettant d’offrir des emplois à la population locale. Les terres autour du château sont également cultivées et du bétail élevé. En décembre 1909, une école industrielle de bonneterie est ouverte et accueille une vingtaine de jeunes filles. Un pensionnat ouvre ses portes en octobre 1911, avec 5 élèves en son sein. En octobre 1914, c’est une école ménagère qui voit le jour.
drishane_noviciat_1910_394_a2_9_v3

En parallèle, de nouvelles vocations entrent dans le noviciat. Dès avril 1910, trois postulantes prennent l’habit. L’objectif de l’Institut est atteint, puisque ce ne sont pas moins de 179 Sœurs irlandaises qui partent pour l’Asie entre 1909 et 1948. La communauté de Drishane a fermé ses portes en 1993, mais les Sœurs de l’EJNB restent présentes en Irlande. Des religieuses sont actuellement à Dublin, Cork, Mallow, Ballyclough, Coolea, Millstreet et Tralee.


Des documents : les albums de cartes postales de la communauté de Drishane (archives des Soeurs de l'EJNB, n°394)


Bibliographie

Fanny Brulhart, « Éphémères de la vie en religion: de la typologie idéale des cartes postales à leur appropriation individuelle », dans Les éphémères et l’image (16e-21e siècles), Olivier Belin, Florence Ferran et Bertrand Tillier (dir.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (en cours de publication).