L'avancée missionnaire

Photographie des baptisées et communiantes à Shizuoka à l'occasion de la fête de saint François Xavier

Photographie des baptisées et communiantes à Shizuoka à l'occasion de la fête de saint François Xavier (3 décembre 1951, archives des Soeurs de l'EJNB, 4 M 5-1)

Lettre de la supérieure générale au sujet des baptêmes et communions à Shizuoka à l'occasion de la fête de saint François Xavier (copie)

Lettre de la supérieure générale au sujet des baptêmes et communions à Shizuoka à l'occasion de la fête de saint François Xavier (1951, archives des Soeurs de l'EJNB, 4 M 5-1)



La liberté religieuse est adoptée avec la constitution du 3 novembre 1946. Les décennies suivantes sont marquées par l’augmentation du nombre de baptêmes et de vocations religieuses. Les écoles catholiques sont également de plus en plus nombreuses, et leur enseignement jouit d’une certaine renommée auprès des Japonais. Dans les années 1960, les Sœurs de l’EJNB possèdent 11 écoles secondaires, 5 écoles primaires et 4 jardins d’enfants, dans lesquels les anciens élèves placent leurs enfants et petits-enfants.

L’Après-guerre est également une période d’élan missionnaire. Les religieuses suivent des formations en théologie et enseignent le catéchisme aux adultes et enfants, notamment sur des îles éloignées, où l’accès au christianisme est plus difficile. Trois d’entre elles rédigent en 1972 un catéchisme intitulé « Enfant de Dieu ».