L'Après-guerre

Visite de la supérieure générale à Yokohama en 1947

Extrait de la revue Sint Unum concernant la visite de la supérieure générale à Yokohama pendant la reconstruction (1947, archives des Soeurs de l'EJNB, 1 P 12)

Le Japon est dévasté par le second conflit mondial. Mère Sainte Berthe Bourgouing, supérieure générale de l’Institut, écrit en 1947 au cardinal Tiumasoni Bionsi :

« Il est encore bien difficile d’entrer au Japon et je crois bien être la première supérieure générale qui a pu visiter ses filles dans ce pays dévasté et encore si fermé » (archives des Soeurs de l'EJNB, 4 M 8-4).

Les écoles et le noviciat doivent être reconstruits. Cependant, la main d’œuvre comme les matériaux sont chers et difficiles à trouver, d’autant qu’aucune aide de l’État japonais n’est octroyée. Pour autant, les élèves et leurs familles participent à la reconstruction, comme l’écrit encore Mère Sainte Berthe Bourgouing :

« Ce désastre n’a, heureusement, ruiné que la partie matérielle de la Mission. Dès le lendemain des destructions nos élèves s’imposaient de longs trajets pour rejoindre leurs maîtresses dans les locaux improvisés. Leurs parents et nos anciennes élèves organisaient, à Tokio, un comité pour le relèvement de nos écoles » (archives des Soeurs de l'EJNB, 4 M 8-4).

Les travaux sont réalisés progressivement jusqu’au début des années 1950. Dès 1947, les élèves sont nombreux à venir étudier dans les écoles des Sœurs. On en compte 900 à Tokyo, 750 à Yokohama comme à Shizuoka, et 580 à Fukuoka.

Photographie  d'un bâtiment de Yokohama reconstruit

Photographie d'un bâtiment de Yokohama reconstruit (1951, archives des Soeurs de l'EJNB, 4 M 8-4)